Recevez-vous des jeunes créateurs et que leur conseillez-vous ? Prugneaud Jean-Philippe, PDG Groupe MINT

« Nous en rencontrons régulièrement. Beaucoup viennent nous voir mais souvent avec l’idée fausse que nous allons pouvoir vendre leurs produits aux magasins avec lesquels nous travaillons à l’étranger. Nous leur expliquons que nous ne vendons rien et que notre rôle se limite à prescrire à nos clients des articles dont nous pensons qu’ils vont fonctionner. Les commandes de ces produits ne dépendent que des responsables d’achats de ces magasins. 
Les boutiques étrangères sont le premier vecteur de développement des jeunes créateurs qui veulent exporter
Ceci dit, lorsque des jeunes créateurs nous montrent leurs articles, nous les orientons en leur indiquant dans  quels pays ils auront plus de chances d'être achetés. Nous leur apportons un retour immédiat. Nous leur rappelons aussi que s’ils veulent exporter, ils doivent démarcher les grands magasins mais aussi les boutiques qui sont une formidable porte d’entrée : les acheteurs des grands magasins vont en effet souvent voir ce qui marche dans les boutiques pour ensuite le récupérer. Les jeunes créateurs ne doivent donc pas négliger les boutiques étrangères qui sont pour eux le premier vecteur de développement. Mais attention, s’il font affaire avec elles, qu’ils n’hésitent pas à s’entourer de garanties de paiement en exigeant au moins 30% à la commande. Avec des boutiques qu’on ne connaît pas, on ne peut pas se permettre de fabriquer sans être sûr d’être payé. » 

Prugneaud Jean-Philippe PDG Groupe MINT

Expert : Cabinet ADI La vente / Les marchés nationaux

Menu

Fil d'ariane

La maison méditerranéenne des métiers de la mode met à votre disposition le pass créamode, site dédié à la création d'entreprise de mode.

Moteur de recherche