L’ère de la mode universelle Montenay Françoise, Présidente du Conseil de surveillance de Chanel SAS

Présidente du Conseil de surveillance de Chanel SAS, Présidente du Comité Colbert et du Cosmetic Executive Women, Françoise Montenay s’investit aujourd’hui dans le projet de la Cité Euroméditerranéenne de la Mode.

Coïncidence… Tout comme l’Institut Mode Méditerranée, Françoise Montenay fête cette année un vingtième anniversaire, celui de sa présidence de l’un des plus beaux fleurons de la mode française et internationale, la Maison Chanel. « Je suis entrée chez Chanel en 1988, l’année de l’ouverture du Musée de la Mode de Marseille et de la création par Maryline Bellieud-Vigouroux, de l’Institut Mode Méditerranée. Cette année-là, suite à notre rencontre, nous avons conjointement donné naissance à l’exposition “Chanel, passé, présent”, présentée tout d’abord à Marseille, au Musée Borély, puis à Tokyo, l’année suivante, au Bunkanura, porte-drapeau du top du luxe dédié à la culture et au luxe français. Chanel, incarne depuis des années ce luxe à la française à travers ses créations, depuis sa petite robe noire lancée il y a 82 ans, à sa fameuse veste en tweed, en passant par son tailleur toujours aussi prisé, et elle est un exemple de réussite internationale de la mode de ces vingt dernières années ». « Ce qui me frappe le plus sur ces vingt ans de mode, c’est ce que le luxe, au même titre que les marques plus accessibles du prêt-à-porter féminin, ont donné le goût de la mode à tout le monde. Et n’est-ce pas le plus important finalement, avec cette forte dose d’universalité que la mode porte désormais en elle ? », s’interroge Françoise Montenay.

Effectivement… La petite robe noire, baptisée Ford Dress par les Américains en clin d’oeil à ses ventes, aussi importantes que les premières voitures Ford, est devenue un standard de la mode. La veste en tweed est un classique sans cesse réinventé grâce au génie de Karl Lagerfeld et repris par de nombreuses griffes. S’y ajoutent les escarpins bicolores, le sac matelassé, les bijoux fantaisie… 
Une autre évolution a également marqué ces vingt dernières années de mode : sa localisation.

« Paris reste la capitale de la mode, souligne Françoise Montenay, mais d’autres villes comptent aujourd’hui. Marseille est devenue une référence en la matière. Il s’y passe quelque chose de particulier, d’impalpable, dont il ressort une vraie mode. Et puis, il s’y dégage une chaleur humaine qui facilite les rencontres autour de beaux projets. Le Cosmetic Executive Women, par exemple, qui propose des soins esthétiques dans les espaces hospitaliers, notamment dans les services de cancérologie, n’a jamais ouvert aussi rapidement et facilement un centre de beauté qu’à l’hôpital Paoli-Calmettes à Marseille : le personnel médical s’est dépensé sans compter pour nous aider et nous avons été soutenus formidablement par le Conseil général des Bouches-du-Rhône, par son Président, Jean-Noël Guérini et par son épouse, Martine. »

Cette dynamique marseillaise a donné envie à Françoise Montenay de s’impliquer dans la Cité Euroméditerranéenne de la Mode.
« Je trouve cette initiative passionnante et courageuse. Grâce à elle, des savoir-faire fantastiques vont pouvoir être valorisés. Une pléthore d’entreprises et de professionnels répondant à nos exigences de qualité et se trouvant à portée de bateau vont désormais travailler ensemble et avec nous. Tout ceci va ouvrir de nombreuses portes. La mode ne pourra qu’en bénéficier ».

Montenay Françoise Présidente du Conseil de surveillance de Chanel SAS

La mode vue par... / Ses ambassadeurs

Menu

Fil d'ariane

La maison méditerranéenne des métiers de la mode met à votre disposition le pass créamode, site dédié à la création d'entreprise de mode.

Moteur de recherche