Accessoires Homme/Femme Télécharger le pdf

L’accessoire joue aujourd’hui un rôle clé dans la façon de s’habiller. Il permet d’agrémenter et de personnaliser nos tenues vestimentaires, qu’elles soient classiques, habillées ou décontractées.

Il transmet un message quant à l’image que l’on veut renvoyer, sur nos choix vestimentaires (élégance, souhait de se différencier et d’affirmer son propre style, codes décalés...) et notre personnalité.

Il permet de créer son propre style, en concordance avec les tendances de la mode : un gros collier ou une étole colorée sur une petite robe noire sobre rend la robe unique et l’ensemble du plus bel effet. De même, un sautoir ultra classique sur une chemise avec un jean confère à la tenue une touche d’élégance inattendue.

Ce secteur est actuellement en plein essor, d’autant que sa clientèle n’a aucun a priori vis-à-vis des marques : elle passe d’une griffe à l’autre et peut très bien acheter un accessoire dans une enseigne d’entrée de gamme un jour et un article haut de gamme très coûteux le lendemain.

L’accessoire est désormais présent dans la plupart des boutiques et des chaînes de prêt-à-porter (féminin et masculin), auxquelles il permet d’augmenter le panier moyen tout en stimulant l’achat d’impulsion.

L’accessoire pour homme concerne majoritairement la cravate, revenue depuis quelques années complètement dans l’air du temps.

Liste des sous-pages

  • Le marché des accessoires

    Télécharger le pdf

    Le marché des accessoires représente 14 % du marché du prêt-à-porter français. Il a affiché, en 2011, une belle progression.

    De janvier à septembre 2011, les ventes d’accessoires ont augmenté de + 3,7 % (+ 3 ,5 % pour la vente à distance, + 6,1 % pour les chaînes spécialisées dans l’habillement et + 9,8 % pour les hypermarchés).

    Hors chaussures, le secteur des accessoires a augmenté de 4,9 %, dont 4,2 % pour les sacs et la maroquinerie (ceintures...) par rapport à 2010.

    Si la grande distribution (hyper et supermarchés) a réalisé dans ce secteur de très bons scores avec des taux de croissance de 15,5 à 16,2 %, et si les chaînes spécialisées dans l’habillement ont-elles aussi bien fonctionné avec la maroquinerie (+ 9,4 %), c’est surtout via internet que la plus grande majorité des ventes s’est réalisée.

    Le chiffre d’affaires des sites de vente en ligne proposant de l’habillement et des accessoires a progressé en effet de 94% en un an.

  • Les produits

    Télécharger le pdf

    Les principaux accessoires sont :

    • les sacs (à main, à dos, banane, à bandoulière, tambour, bowling, pochette, cabas, panier, sacoche …)
    • les chapeaux (capelines, bérets, bonnets, hauts de forme, canotiers, borsalinos, panamas, cloches, casquettes, casques, tricornes, toques…)
    • les écharpes, étoles, foulards, manchons (de laine, tissu, fourrure…)
    • les cravates (longues, nœuds papillon, lacets…)
    • les ceintures (de cuir, métal, à boucle…)
    • les bijoux fantaisies (bagues, boucles d’oreilles, colliers, bracelets, épingles à chapeaux,… bijoux de sacs, de téléphones portables…)
    • les gants (longs, mitaines, moufles,…)
    • Les autres accessoires : parapluies, éventails...

    Le sac

    Le sac est l’un des accessoires les plus porteurs du marché de l’accessoire. Il s’en produit en France plus de 7 millions par an.

    Accessoire à part entière de l’habillement, que l’on renouvelle désormais fréquemment, il est disponible de plus en plus souvent aujourd’hui dans les boutiques de prêt-à-porter où il se vend parfois plus facilement que les vêtements. Les Françaises en achètent en moyenne un par saison.

    Proposé dans de nombreuses matières (cuir, lézard, crocodile, peau de serpent, matières textiles diverses, naturelles ou synthétiques...), à porter à la main, en bandoulière ou sur le dos et de formes variées (mini-sac, pochette, besace, cabas, book bag...), il est disponible dans tous les styles et tous les niveaux de gammes, pour les femmes comme pour les hommes, auxquels s’adressent notamment des sacs asymétriques et autres modèles holster à porter en bandoulière et qui rencontrent un vif succès.

    Les sacs à petits prix achetés par les consommateurs français viennent en grande partie de Chine et des pays d’Asie.

    Les produits haut de gamme sont quant à eux souvent fabriqués à l’étranger pour une question de coût de fabrication.

    Le sac est un secteur prisé des jeunes marques, du fait des possibilités intéressantes qu’il offre en termes aussi bien de choix de matière que de création. L’abondance de l’offre fantaisie, notamment à petit prix, nécessite toutefois de la part des jeunes créateurs un positionnement (style, qualité, prix) juste et pertinent et un concept leur permettant de se démarquer de leur concurrence.

    Le chapeau

    Eminemment intemporel,  le chapeau (élégant, capeline, panama, borsalino, casquette, toque,  béret... fait aujourd’hui l’objet d’un véritable engouement, quels que soient sa forme et son style.

    Il est proposé dans des matières souples et confortables, fines et précieuses pour les modèles les plus habillés.

    A l’instar des sacs et ceintures, de nombreuses boutiques et chaînes de prêt-à-porter en vendent  en complément de leurs collections.

    La demande émane de toutes les générations, y compris les adolescents qui manifestent actuellement pour le chapeau un véritable engouement.

    Hormis les modèles haut de gamme pour hommes (feutres, panamas, borsalinos...) et pour femmes (chapeaux de cérémonies...) vendus dans des chapelleries traditionnelles, la majorité des chapeaux achetés aujourd’hui sont importés d’Asie.

    Le chapeau est un secteur ouvert à la jeune création, à condition d’être à la fois créatif et de présenter un bon rapport qualité-prix.

    L’écharpe, l’étole, le foulard, le chèche...

    Les écharpes, étoles, foulards et autres turbans et bandeaux sont très présents actuellement dans les collections de prêt-à-porter. Ils permettent aux consommateurs de toutes générations de personnaliser leurs tenues vestimentaires et d’affirmer leur style.

    En matières chaîne et trame ou en maille, ils s’adaptent particulièrement au mixage de styles et aux ensembles les plus décalés et se portent en toutes circonstances, au quotidien comme pour les cérémonies.

    Ils sont proposés dans des matières très différentes, du simple voile de coton à la soie et au cachemire les plus précieux, unis ou imprimés, à la mode  et de différentes tailles.

    Ce segment se prête très bien à l’activité des jeunes créateurs du fait des possibilités qu’il offre en termes de choix des matières et de création avec des coûts de façon peu élevés.

    La cravate

    Associée historiquement au costume mais aussi désormais à toutes les tenues masculines, habillées, “casual“ ou décontractées, la cravate continue, au fil des saisons, à séduire de nombreux  consommateurs, de tous les âges et tous les styles.

    Inconditionnellement présente sur les défilés, elle est proposée dans différentes matières et suit les tendances de la mode de près.

    Elle permet à l’homme d’affirmer son style et sa singularité, en personnalisant sa tenue.
    Elle se porte aujourd’hui par plaisir, non plus comme une obligation, comme cela fut longtemps le cas.
    Elle constitue l’un des achats cadeaux clés pour l’homme.

    Le bijou fantaisie (hors joaillerie)

    Le segment du bijou fantaisie affiche un indéniable dynamisme, malgré la crise. Achat-plaisir (et impulsif) ou achat-cadeau par excellence, il représente un budget moyen de 50 € par an, représentant une moyenne de 2,4 pièces achetées chaque année, soit 40 % de plus (en euros constants) qu’en 1980.

    Le consommateur (homme et femme) voit en lui un accessoire valorisant et abordable.

    Les ventes de bijoux fantaisie (argent compris) ont dépassé, en 2010, 1,1 milliard d’euros, soit plus de 51 millions d’unités*.

    Ce segment, caractérisé par une offre multiple - composée de colliers/tours de cou/pendentifs/sautoirs, bracelets, bagues, boucles d’oreilles,  broches... - est particulièrement sensible aux exigences liées aux nouveaux modes de consommation, en termes notamment de consommation responsable et de sécurité.

    Les consommateurs se laissent désormais davantage tenter par un produit fabriqué dans des conditions respectueuses de l’homme et de l’environnement (commerce équitable, actions sociales et solidaires...).
    Ils sont en outre de plus en plus attentifs à l’innocuité des matières entrant dans sa composition (absence de nickel et autres métaux nocifs pour la peau).

    Le contexte de crise aidant, ils sont enfin de plus en plus attirés par les produits français.

    Le bijou fantaisie se prête relativement bien à l’activité du jeune créateur, à condition que son offre non seulement se démarque de la concurrence, propose une vraie valeur ajoutée et présente un bon rapport qualité-prix, mais aussi prenne en compte le besoin de lien social et d’éthique du consommateur citoyen.

    *Source Précepta

    Le gant

    Devenu un “must-have“ du prêt-à-porter féminin, au même titre que le sac ou la paire de chaussures, le gant mise aujourd’hui sur les matières, les couleurs et les détails originaux.

    Certains couturiers les aiment longs, d’autres leur privilégient la version mitaines, d’autres encore les modèles classiques à forte valeur ajoutée (cuirs les plus raffinés, couleurs exclusives...).

    Très présents sur les podiums, ils s’apparentent pour certains à de véritables bijoux (agneau gansé de renard ou orné  de rubans, de clous argentés ou dorés, de strass et d’autres détails précieux, coloris assorti à celui de la robe et des chaussures...).

    Toutes les générations les apprécient, y compris les plus jeunes qui affectionnent les modèles originaux, voire décalés.

    Au même titre que les sacs, ceintures et chapeaux, ils sont de plus en plus proposés dans les boutiques et chaînes de prêt-à-porter, à des prix accessibles.

    Des boutiques spécialisées leur sont par ailleurs entièrement consacrées. On y trouve des modèles haut de gamme extraordinaires.

    Le gant (haut de gamme) requérant un nombre d’heures de travail relativement important, sa production est aujourd’hui en grande partie délocalisée.

Fil d'ariane

La maison méditerranéenne des métiers de la mode met à votre disposition le pass créamode, site dédié à la création d'entreprise de mode.

Moteur de recherche